Du côté de chez ...



Marie-Hélène Lafond

auteure jeunesse
http://dumotalafeuille.blogspot.fr/
http://www.editionslesminots.com
Marie-Hélène,
J’ai particulièrement aimé ton livre « le Jardin des secrets » aux éditions Les Minots.
Ton texte est poétique, joyeux et j’aime son rythme aussi (sa musique)
Les illustrations qui l’accompagnent de Lucie Vandevelde sont aussi merveilleuses : un parfait duo !
Peux-tu me raconter l’histoire de ce livre ?

Un jour je suis tombée sur le book de Lucie et je suis tombée amoureuse de ses illustrations. Alors avec son accord je lui ai écrit une histoire qui lui a plu tout de suite. Et les choses ont suivi tout simplement. Angéline Chusseau des éditions Les Minots m’a contactée quelque temps après au sujet de notre projet et en avril le livre est né !

Et pour te connaître un peu plus :

D’où te vient ce goût pour l’écriture ?
Je me rappelle d’une certaine journée d’été, attablée dans la salle du café de ma grand-mère. Je venais de finir de lire « Malataverne » de Bernard Clavel. Et je crois que le déclic est parti de là. Je devais avoir 14 ans.  J’ai alors pris un cahier et commencé à écrire un roman, très ambitieux évidemment. Je me rappelle encore le titre « Le matin du grand soir ». Je ne suis jamais allée plus loin que la trame du premier chapitre.
Mais je doutais trop de moi (et surtout de mon orthographe déplorable). Et puis j’étais aussi un peu trop paresseuse pour mener à bout un tel travail.
Après j’ai attendu d’être adulte pour franchir véritablement le pas de l’écriture.


Depuis combien de temps écris-tu pour l’édition jeunesse ? Et pourquoi as-tu choisi ce secteur ?
Si je regarde la date d’enregistrement, mes premiers écrits remontent à 1995. J’ai commencé à retranscrire les histoires que j’inventais pour mes fils. Et tout naturellement j’ai continué écrire pour la jeunesse.
Sinon j’ai vraiment commencé à écrire en 2006 quand j’ai créé mon site « La tête dans les mots ». Depuis je n’ai pas vraiment arrêté, même si je ne suis pas une acharnée de l’écriture.

Quel a été ton premier projet publié ?

En fait il y en a eu 3 parus en même temps, le 1er octobre 2011. Et à chaque fois cela a été une histoire de rencontre avec l’illustrateur.
« Le mouton qui voulait être loup » avec Loïc Mally aux éditions AlphaBook
« Ouistiti a disparu » avec Fabienne Pierron aux éditions Petite Fripouille
« Attention Mathilde ! » avec Yves Renda aux éditions FLAM. En fait c’est ce projet qui a obtenu le premier son sésame à savoir le OUI tant attendu, espéré.

Y a-t-il un projet qui te tient vraiment à cœur et qui n’a pas trouvé preneur ?

En fait tous mes projets en binôme me tiennent à cœur. Il y a :
"Chapotin est amoureux" avec Chadia Lou-Eslati
"Oskar a beaucoup d’amis" avec Christine Leblanc
"Perle de Jade et l’oiseau blanc" avec Chrystèle Lim
"Petit Loup veut jouer au loup " avec Mauréen Poignonec
"Mais que t'arrive-t-il Grand Loup ! ", avec Virginie Rochedreux
"Que la vie est belle quand on est une petite fille ! " avec Cécile Coiteux.

Sinon si je devais citer un texte sans illustrateur, ce serait « Le rire des coquelicots » écrit pour le Tandem Jeunesse 2012.

As-tu une autre activité ?

Oui je ne vis pas encore de mon activité d’auteur. Alors dans la journée, je suis webmaster dans un laboratoire de recherche en botanique et biologie végétale. Je crée des sites web, et je m’occupe aussi de la lettre d’informations de mon laboratoire.

Quel autre métier aurais-tu rêvé d’exercer ?

Astronaute !

Où trouves-tu tes idées ?
Partout ! Une phrase, une image, une expression, une situation. Tout peut être source d’inspiration.

As-tu des sujets préférés ?
J’adore les histoires avec les animaux – surtout les loups. Et les éléphants. Mais sinon je n’ai pas vraiment de thèmes privilégiés. Je me laisse guider par mon imagination. Parfois ce sont des sujets loufoques. D’autres fois ce sera un sujet un peu plus sérieux ou plus poétique.

Comment travailles-tu ? Quelle est ta méthode, ton organisation, as tu des rituels de créations ?
Pas de méthodes, loin de là. Alors que je sais que je devrais être plus rigoureuse. Je suis assez bordélique (oups !) dans ma vie de tous les jours, alors je le suis aussi dans ma manière d’écrire. Très souvent je me laisse porter les mots, l’histoire, pour parfois arriver complètement à l’opposé de ce que j’avais imaginé au départ.
Par contre je suis incapable d’écrire très tôt le matin ou très tard le soir.

Est-ce toi qui choisis tes illustrateurs ? Comment se passe votre collaboration ?
Pour la quasi-totalité de mes livres, c’est moi qui ai choisi mes illustrateurs. Ou l’inverse ! Et il me semble que cela se passe bien. En règle générale, je donne carte blanche à mon illustrateur. Je ne donne de directive que si vraiment je sens qu’un détail a une importance capitale dans l’illustration.
Pour moi il faut que le texte et les illustrations se complètent. L’illustrateur « doit » s’approprier mon texte et y mettre son univers. Mais ce que j’aime par-dessus tout c’est quand il me surprend !

Parmi tes écrits quel est ton livre préféré ?
Pas de préférence, je les aime tous. Ils sont tous à l’origine de rencontres formidables avec mes illustrateurs. Ils ont tous une petite histoire personnelle.

As-tu des auteurs préférés ?
Beaucoup, mais ce sont surtout des auteurs de romans adultes
Dans la littérature jeunesse, je pourrais citer Roald Dahl, Michel Piquemal, Tony Ross, Christian Jolibois et sa série des Petites Poules, Pierre Garipari, Claude Ponti, Yak Rivais… Tiens il n’ya que des hommes… Alors je rajoute Astrid Lindgren la maman de mon héroïne de jeunesse, l’éternelle Fifi Brindacier !
Et chez les poètes : Maurice Carême, Robert Desnos, Jacques Prévert…

Et pour fini un petit portrait ChinoisSi tu étais :
 
Un animal ?
Sans hésitation un chat ! Pour son Indépendance, sa félinité et surtout pour ses postures impossibles quand il dort !

Une couleur ?
Je les aime toutes (sauf peut-être le rose !)

Un paysage ?
La mer ! Obligé. J’habite tout à côté de la Méditerranée et je ne pourrais pas m’en passer. Même si je n’y vais plus aussi souvent qu’avant.

Un livre ?
« Pourquoi j’ai mangé mon père » de Roy Lewis (mais c’est bien parce qu’il faut en choisir un !)

Un tableau ?
J’adore les peintres hollandais, surtout Brugel l’ancien et parmi tous ses chefs-d’œuvre, je choisis « Jeux d’enfants »




Marie Wilmer
auteure jeunesse

  


Depuis combien de temps écris-tu pour l’édition jeunesse ?  Et pourquoi as tu choisi ce secteur ?
Tout a commencé en novembre 2011. Sur les conseils d’une amie auteure Doriane Deleneuville (Collectif Je m’amuse en Inde et Je m’amuse au Japon – éditions Limonade), je me suis lancée.
A la base j’ai démarré pour un concours autour d’un collectif, le thème : le voyage, c’était tenu par les éditions Chocolats. Mon texte n’a pas fait part de cette aventure là, mais en a vécu une toute autre en compagnie du pinceau de Jessica Régnier, ma première binôme, une illustratrice aussi sympathique que douée.  Toutes les deux découvrions alors le monde de l’édition jeunesse. Notre projet a trouvé sa maison six mois après. Remue-Ménage dans la savane est aujourd’hui publié aux éditions Yseult. C’est réellement à partir du moment où j’ai tenu ce livre en main que je me suis sentie auteure, j’avais besoin de concret pour voir ce rêve d’enfant devenir réalité et me dire qu’il n’en était plus vraiment un.
J’ai choisi ce secteur sans me dire que je m’arrêterai à lui, j’aime écrire, c’est une passion qui me suit depuis de longues années maintenant, bien avant même de penser oser envoyer un de mes textes à un éditeur et j’espère un jour me sentir capable d’écrire un roman pour adulte. Élargir ma palette en somme pour découvrir de nouveaux horizons. Pourquoi la jeunesse, parce que je pense que c’était au moment où j’ai démarré une évidence à force d’en dévorer aux côtés de mes enfants, j’ai voulu tenter et depuis je n’arrête plus. Écrire pour eux, pour l’enfance en général est un réel bonheur.

As-tu une autre activité ?
Avocate dans un énorme cabinet ! Non, je ne suis qu’une maman. Maman à temps plein ! Pour l’instant…

Quel autre métier aurais tu rêver d’exercer ?
J’ai toujours eu un faible pour les métiers artistiques. Mon envie, celle qui me mettait du lycée à la fac des pépites dans les yeux : devenir comédienne, actrice. 
J’ai pratiqué le théâtre en amateur avec des intermittences depuis mon enfance. Actuellement j’ai toujours cette envie de revenir aux planches mais en amateur dans une tite troupe. Donc voilà je disais : « Je veux être comédienne et écrivaine plus tard ! », des deux je touche du doigt le dernier. Advienne ce que devra !

Où trouves-tu tes idées ?
Un peu partout n’importe où dans ce qu’offre la vie. Sa poésie, ses sourires, ses grands bonheurs, petits malheurs aussi. Du passé, du présent. Un instant…


As-tu des sujets préférés ?
Ceux que j’aime aborder sont généralement à l’antipode de ce qui se fait en ce moment
Dès mon départ, il m’est souvent revenu aux oreilles cette phrase : « Tu sais tant que tu ne seras pas connue il ne sert pas à grand-chose d’envoyer ce genre de texte là, les éditeurs aiment ce qui fait rire, le décalé, le reste ça marche si tu as un nom ».
J’aime écrire sur des thèmes dit « de société » bien souvent et me laisser aller à un peu plus de légèreté en fonction de l’humeur en valsant du côté du ludique, de l’humour etc...
 J’alterne entre ce qui peut être attendu et ce qui me fait avant tout plaisir à écrire en espérant qu’une de ces histoires permettra à un enfant de réfléchir, d’appréhender le monde, de l’interroger… 

Comment travailles-tu ? Quelle est ta méthode, ton organisation, as tu des rituels de créations ?

Je n’ai pas vraiment de rituels. J’écris par période, sous les coups d’inspiration. Dans cette vague là, la nuit est essentielle dans l’étape de création, je dors au sens propre du terme sur différentes idées. Dans la catégorie rituel, je mettrai l’établissement d’un plan quand l’histoire n’est pas claire ou floue, c’est souvent d’une aide précieuse pour voir ses erreurs et démêler les fils. Écrire c’est aussi une histoire de cuisine… Il faut touiller, laisser mûrir, reposer, goûter, ajouter des ingrédients, goûter, laisser mûrir, reposer encore jusqu’à ce qu’on soit satisfait du résultat et surtout ne pas hésiter à recommencer encore et encore, cela peut être très rapide, évident, mais peut à contrario également prendre un bon bout de temps.
Parmi tes écrits quel est ton livre préféré ?
Je ne suis jamais satisfaite à 100 % de mes livres, sur les trois parus je dirai que mon favori est Remue-Ménage dans la savane. Premier texte écrit en pensant devenir auteure, il représente forcément beaucoup.

Quels sont tes projets à paraître ?
« A l’orée du bois » que je partage avec Fannie Faivre aux éditions de la plume de l’Argilète courant Août
« Le tableau ensorcelé » avec Julie Machado aux éditions Néphélée prévu pour Septembre
« Quand les ours frapperont à nos portes » avec Julie Lecomte aux éditions Vert Pomme prévu pour début 2014


As-tu des auteurs préférés ?

Ceux que je fais lire à mes enfants âgés de bientôt 4 ans et presque 2 ans : les livres de Mario Ramos, Jeanne Tabonni Misérazzi, Eric Carle, Julia Donaldson, Isabelle Biard-Wlodarzyck, Helen Nicoll, Beatrix Potter, Nicole Snitslaar, Maurice Carême sans oublier Cee Cee Mia que je vous invite à découvrir (L’histoire de Mon arbre, aux éditions Vert Pomme) on aime beaucoup ici et encore bien d’autres ce sont eux qui me viennent spontanément à l’esprit.

Plus tard, j’espère pouvoir leur glisser ces auteurs: Rudyard Kipling, Roald Dahl, René Goscinny, Saint-Exupéry, Jack London, Grimm, Perrault, Hugo, Zola, Buzzati, Boris Vian, Prévert…. Et j’en passe… 

pour la suivre : http://surlefildufunambule.blogspot.fr/